suprime message en haut de la page des libellés

dimanche 6 octobre 2013

Chroniques de la fin du monde, T3-Les survivants, Susan Beth Pfeffer


Éditions: Pocket (jeunesse)
Genre: Science Fiction, jeunesse
Pages: 253

4ème de couverture:

Cela fait maintenant un an qu'un astéroïde a percuté la Lune et provoqué un bouleversement climatique sans précédent.
Dans un monde ou tout s'écroule, Miranda tombe pourtant éperdument amoureuse d'Alex, qu'elle vient de rencontrer. Mais une terrible tornade approche : les deux jeunes gens parviendront-ils à s'aimer dans un tel chaos ? Leurs destins sont en suspens...





Extraits:

Combien vont survivre l'année prochaine, la décennie prochaine? Moi j'ai eu seize bonnes années dont une seule atroce, mais pour Gabriel, pour tous les Gabriel, la vie entière sera comme cette longue et terrible année. J'ai eu seize ans de bonheur pour m'aider à la traverser, mais eux, qu'est ce qu'ils auront?

Autrefois, l'été était la saison du bleu, du vert et du jaune. Je suppose que désormais, ce sera la saison du moins-gris. C'est comme: "C'est à ça qu'on reconnaît une bonne balade: rien de cassé!" On ne vise pas haut. On revoit ses espérances à la baisse, et ce qui semblait "atroce" hier devient "pas si mal" aujourd'hui.



Mon avis: 

                   Nous retrouvons dans ce troisième tome Miranda, jeune femme de 17 ans, qui vit toujours avec sa mère et ses frères dans leur petite maison, quasiment un an après la catastrophe qui a rapproché la Lune de la Terre.
Ils ont tous les 4 survécut avec beaucoup de difficulté à l'hiver particulièrement rude et heureusement le printemps reprend peu à peu ses droits, la neige fondant petit à petit. Cependant toujours pas de Soleil, il est toujours camouflé par les cendres volcaniques. 
La vie devient donc un peu plus facile en ce début de printemps, d'autant plus qu'un ravitaillement est mis en place une fois par semaine par le maire de la ville grâce a ses connaissances.

                 La première partie du livre est donc consacrée, toujours sous forme du journal de Miranda, à la survie de notre petite famille. Un nouveau personnage,Syl, va faire son apparition. Jeune femme un peu plus âgée que Miranda, on comprend a quel point sa vie a pu être difficile avant entre les camps de réfugiés et l'errance sur les routes. 
D'autres personnages vont faire leur apparition dans la deuxième moitié du livre: en effet nous retrouvons le père de Miranda, sa femme et leur enfant, ainsi qu'Alex et Julie (que nous avions rencontré dans le second tome) et Charlie.
 J'ai beaucoup apprécié  retrouver toute cette famille et leur bataille au quotidien pour continuer à survivre malgré le désespoir qui s'installe. J'ai pris beaucoup de plaisir à me remettre dans cette ambiance post apocalyptique, froide, dure, grise ou l'espoir côtoie la lassitude de toujours devoir se battre pour survivre. J'ai particulièrement été touchée par cette lassitude qui se met en place chez Miranda, cette sensation que de toute façon sa vie entière continuera à être aussi dure voire même plus.

                 La quatrième de couverture nous "vend" une magnifique histoire d'amour entre Miranda et Alex, et là je n'ai pas du tout accroché, pas du tout été convaincue. 
Tous deux ne s'appréciant pas à la base, le rapprochement s'est fait tellement rapidement, sans vraiment qu'on comprenne pourquoi. Je veux bien croire au "coup de foudre"  mais la ça m'a semblé extrêmement rapide, d'autant plus qu'ils n'ont rien en commun. On a souvent l'impression que Miranda est tombée amoureuse car Alex est le seul garcon "disponible".
La longueur de ce tome m'a un peu dérangé, un peu plus petit que les précédents, tout a été un peu trop rapide pour moi. D'autant plus que la fin ouverte m'a laissé un goût d'inachevé.

               En conclusion, un avis très mitigé sur ce troisième tome: j'ai retrouvé avec énormément de plaisir tous le personnages et cette ambiance sombre que j'avais tant apprécié auparavant; je n'ai par contre pas du tout été convaincue par les relations entre Alex et Miranda et la fin ouverte.

 Livre lu dans le cadre de :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire